Vai al contenuto principale Vai alla ricerca

Combats à Alep: interview du conseiller aux Etats Filippo Lombardi

14.12.2016

Forum, RSR 14 décembre 2016

Filippo Lombardi, conseiller aux Etats (PDC/TI), s'exprime sur la situation dans la ville d'Alep, en Syrie, où les bombardements ont repris après une courte trêve.

"Il n'y a pas que les journalistes qui sont mal informés sur la Syrie, l'ONU aussi"

Malgré un nouvel accord de cessez-le-feu à Alep, les témoignages décrivent une situation apocalyptique. Pour Luis Lema, journaliste au Temps et spécialiste de la région, interrogé par Geopolitis, il reste difficile de s'informer sur la situation en Syrie.

"Il faut bien se rendre compte que les journalistes ne sont pas les seuls mal informés", explique le journaliste dans l'émission qui sera diffusée dimanche sur RTS Un à 12h15, à propos de la situation syrienne. Il estime que, si on décrypte ce que disent les Nations unies ou les pays voisins, "on croit savoir ce qu'il se passe", alors que les détails de chaque opération nous échappent en grande partie.

Quant aux réseaux sociaux, sur lesquels circulent des témoignages en direct d'Alep assiégé, il met en garde: "Ca permet de comprendre ce qu'il se passe, c'est aussi une formidable manière de se perdre", tant y sévit une puissante propagande, émanant de toutes les parties au conflit.

Le laisser-faire de l'Occident

Alors que les appels à une intervention extérieure se multiplient en Syrie et dans le monde, Luis Lema estime que l'Occident n'est pas resté totalement passif. Simplement, estime-t-il, "il a laissé le travail aux pays du Golfe et aux pays voisins". Une position en retrait qui s'explique notamment par la situation de Barack Obama, élu en partie sur un programme de désengagement militaire des Etats-Unis.